Votre navigateur n´est plus à jour
Attention : Votre navigateur internet n'est pas à jour : Afin d'éviter les failles de sécurité et les problémes d'affichage, il est recommandé de procéder gratuitement à une mise à niveau vers un de ces navigateurs plus récents.
Google Chrome
Mozilla Firefox
Microsoft Internet Explorer
Opera
Apple Safari
Votre navigateur n´est plus à jour
Bébé Astuces
Le site des parents malins
Accueil / Blog / Actualités / Etudes sérieuses / Allergies alimentaires : et si on diversifiait plus tôt ?
Newsletter

Allergies alimentaires : et si on diversifiait plus tôt ?

Par steph le 21/04/13
Allergies alimentaires : et si on diversifiait plus tôt ?

Désormais, on conseille de commencer la diversification alimentaire à partir de 4 mois, que l’enfant soit nourri au sein ou au biberon. Et dans tous les cas, avant 6 mois. Au-delà, en effet, le lait maternel ou infantile ne suffit plus à couvrir l’ensemble des besoins énergétiques de bébé (protéines, fer, zinc, vitamines A et D). « Attendre l’âge de 6 mois pour introduire des aliments solides, en espérant prévenir la rhinite, l’eczéma ou l’asthme, n’apporte aucun bénéfice », précise le Pr Patrick Tounian, professeur de nutrition et gastro-entérologie pédiatriques. Y compris chez les enfants considérés « à risque », parce que l’un de leurs parents ou frères et sœurs est allergique. Œuf, poisson, céleri, huile d’arachide, fruits à coque (noisette, amande, noix) et exotiques (kiwi, mangue…), réputés allergisants, peuvent être introduits dès le quatrième mois.

Une étude récente a révélé que, plus les aliments allergisants sont introduits tard, plus la quantité d’anticorps dirigés contre eux est importante !Moins de risques d’allergie par la suiteIntroduire les aliments allergisants plus tôt aurait même un effet protecteur. Diverses études de chercheurs américains, finlandais, allemands et australiens ont montré que la consommation de poisson avant 6 mois réduit le risque d’asthme persistant ou de rhinite allergique. Les enfants qui ont mangé de l’œuf cuit (dur ou à la coque) entre 4 et 6 mois risquent moins d’y être allergiques que ceux qui l’ont découvert à 10 mois ou plus.La règle : donner un seul aliment allergisant à la fois, en toute petite quantité, et l’augmenter peu à peu afin de dépister une éventuelle réaction allergique. Et inutile de se priver d’un aliment tant qu’il n’a pas provoqué de réaction allergique, même si les tests cutanés se sont révélés positifs. Les dernières études montrent en effet que cette éviction totale ne fait qu’aggraver la réaction à l’allergène lorsqu’on le réintroduit.

(Source : www.topsante.com)
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expépérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plusOK